Le syndrome myofascial douloureux

Le syndrome myofascial douloureux est une douleur d’origine musculaire associant une perturbation fonctionnelle (restriction d’extensibilité, baisse de force musculaire) et la présence de trigger points myofasciaux actifs. (cf article: les triggers points par Nathalie Reboul)

trigger point

La douleur

La douleur est le seul motif de consultation du patient dans la grande majorité des cas.

La douleur est locorégionale située à l’endroit où les points myofasciaux sont actifs ou bien elle peut être « référée » c’est à dire en lien avec ces même points gâchettes mais à distance.

La douleur est reproduite à la palpation des trigger points responsables.

Myofascial Pain and Dysfunction: The Trigger Point Manual; Vol. 1. The Upper Half of Body by David G. Simons, Janet G. Travel, Lois S. Simons (1998) Hardcover

L’origine musculaire

Le cas typique du Syndrome Myofascial Douloureux (SMD) est d’origine musculaire unique. Un seul muscle est à l’origine du trouble fonctionnel et de la douleur.

Il existe toutefois des SMD d’origine polymusculaire.

C’est la main du kiné et ses connaissances anatomiques qui sont le meilleur outil pour établir le diagnostic de syndrome myofascial douloureux.

La localisation de la raideur musculaire associé à une zone hyperalgique est de l’ordre de quelques millimètres.

 

La perturbation fonctionnelle

Le trouble fonctionnel associé au Syndrome myofascial douloureux est la perte d’extensibilité musculaire qui entraîne sur les muscles moteurs des limitations d’amplitudes articulaires, sur les muscles posturaux mono-articulaires, ce sont les mouvements mineurs qui sont perturbés entraînant parfois des troubles posturaux sans limitation articulaire mesurable.

La seconde perturbation fonctionnelle est la faiblesse musculaire, le contraction isométrique apparaît perturbée (trouble du contrôle moteur) et souvent diminuée.

 

La localisation des trigger points actifs

La localisation des trigger points actifs s’associe en général à la localisation d’autres trigger points dits « latents » qui font de la zone douloureuse une zone de perturbation fonctionnelle polymusculaire.

 

Le Syndrome myofascial douloureux localisé au niveau du trapèze supérieur est couramment identifié par les patients et les kinés.

 

En revanche, un SMD localisé au niveau du muscle releveur de l’anus, de l’obturateur interne ou encore au niveau d’un masseter peut être à l’origine de troubles fonctionnels et surtout de douleurs longtemps sous diagnostiquées et sous traitées.

 

Le traitement

La guérison du syndrome myofascial douloureux est dépendant de la sédation des trigger points actifs. Pour cela, un diagnostic précis associé à un raisonnement clinique solide permet d’employer, la ou les techniques les plus adaptées au problème du patient.

Le raisonnement clinique conduit certains à traiter en priorité le trigger point le plus douloureux. D’autres auront une approche « en étoile » en commençant par traiter l’ensemble des muscles et articulations autour du muscle porteur du trigger point le plus douloureux.

Quoiqu’il en soit un examen palpatoire approfondit et rigoureux est nécessaire. Il convient de bien mettre en évidence les triggers points actifs ainsi que les restrictions fonctionnelles associées.

 

Les techniques

Les techniques de massage, levées de tension, pression manuelles ischémiques, reprogrammation neuro-musculaires, manipulations, électrothérapie ou encore dry-needling font parties des techniques possibles, entre autres.

Partagez? ça fait vivre le blog!

8 Comments

  1. Dans myofascial il y a quand même fascial. Pourquoi pas un mot sur le fascia ?

    • Bonne remarque. Les fascias sont les vecteurs principaux des douleurs ainsi que du côté « référé » des douleurs. Les données scientifiques que j’ai, porte plutot sur les sarcomères musculaires. As tu des données scientifiques du l’implication ou le traitement des fascias dans le SMD?

  2. Salut Julien
    merci pour cet article , la technique de Dry Needling présenté en vidéo ne recherche pas le twich qui est la contraction réflexe du muscle lors de l’application de l’aiguille. Il apparait que le twist signifie que l’on se trouve au bonne endroit et que l’on est plus efficace je dois avoir une référence la dessus

  3. Salut Julien, merci pour cet article instructif et qui me montre qu’il existe bien un traitement à mon problème. En 6 ans je n’ai toujours trouvé de kiné qui ne connaisse ça autour de moi. Y aurait-il une asso ou un endroit où je pourrais trouver quelqu’un qui s’y connaît à Toulouse?

    Merci pour ton travail!

  4. Merci pour cet article qui me donne espoir! Y a t’il un kiné ou autre qui pratique ce traitement autour de Nantes?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *