Kinés, comment préserver ses mains en hiver?

En hiver, les lavages de mains fréquents ont tendance à être plus agressifs pour nos outils de travail que sont nos mains. Une patiente m’a demandé hier combien de fois par jour nous nous lavions les mains et surtout comment je faisais pour ne pas avoir les mains abîmées. Alors je lui ai bêtement répondu que j’avais de la chance… Et puis en réfléchissant, je me suis souvenu que les deux premières années d’exercices kiné, j’avais tous les hivers les dos des mains irritées, techniquement cela s’appelle des dermatites d’irritation.

Qu’avais-je donc changé pour que ça n’arrive plus? Alors voici les petits « trucs » que j’ai mis en place pour éviter d’avoir les mains abîmées… Évidemment j’ai jamais galéré avec des mains ultra abîmées ou des énormes crevasses, donc ce n’est sûrement pas une recette miracle.

Utiliser le moins possible le gel hydro-alcoolique

Le gel hydro-alcoolique est très efficace contre les bactéries pour la simple et bonne raison qu’il les tue. Concernant les infections nosocomiales c’est top, par contre concernant la préservation du microbiote cutané naturel c’est beaucoup moins top. En effet le microbiote cutané humain joue un rôle important dans la protection de l’épiderme, véritable biofilm cutané il permet d’assurer une légère acidité à la surface de la peau. Du coup, j’utilise de moins en moins le gel hydro-alcoolique (3 à 5 fois par jour) au profit du savon.

Utiliser des savons doux

L’avantage des savons doux est qu’ils sont moins alcalins que les savons type savon de Marseille, ce qui les rend moins agressifs car plus proche du pH peu élevé de la surface de la peau.

Les savons à base de glycérine, sans parfum sont conseillés.

Au cabinet nous achetons le savon par bidon de 5 litres. Voici le savon que l’on utilise au cabinet: Bidon de 5litres, Aniosafe Haute Fréquence, Anios

Éviter l’eau froide

La température de l’eau du robinet en hiver baisse de plusieurs degrés. De ce fait, lorsque l’on passe de la peau du patient à 37° à l’eau du robinet à 10° cela fait un sacré choc thermique (c’est aussi valable pour l’eau trop chaude!) que les cellules épidermiques n’apprécie guère. Je me lave donc toujours les mains à l’eau tiède et en attendant que l’eau soit à température avant de mettre mes mains dessous.

Se rincer correctement les mains

Autre erreur que je faisais, était de ne pas bien me rincer les mains. Il y avait donc une zone sur le dos de la main sur laquelle restait certainement un peu de savon. Je fais donc attention de bien rincer à l’eau pour qu’il ne reste aucun résidu de savon.

Bien s’essuyer les mains

J’ai fait quelques remplas où l’essuie-main était la même serviette toute la journée (voire les jours d’après!!!). Du coup, mis à part les problèmes d’hygiène, la serviette devenait rapidement humide  et donc je gardais toujours la peau un peu humide.

Maintenant, je m’essuie systématiquement les mains avec des essuies-mains jetable en papier, je fais bien attention à tamponner sans frotter, pour ne pas irriter la peau et surtout je termine toujours avec une feuille non humide pour que la peau soit bien sèche.

Crèmes de massage…

J’avais déjà fait un article sur les crèmes de massage et les perturbateurs endocriniens. Mon avis est qu’il faut être mesuré dans l’utilisation des crèmes de massage et être exigeant quand à leur qualité.

L’idéal est de prendre des crèmes avec le moins possible de parfum, d’huiles essentielles, de conservateurs,etc. et d’éviter toutes les crèmes à base de camphre, d’eucalyptus ou autres crèmes avec des adjuvants qui sont agressifs pour la peau.

Je pense que la pratique de l’ostéopathie (séances d’1h sans crème) a fait un bien fou à mes mains. En privilégiant, les techniques manuelles, les étirements, le traitement des points trigger, les techniques de renforcement musculaire voire pour les meilleurs d’entre nous, chaud et électro, on évite d’avoir toujours les mains dans le cambouis, enfin la crème!

Protéger ses mains du froid et du chaud

Les explorateurs polaires le savent bien, quand on veut se protéger du froid on met ses gants AVANT de sortir pour justement éviter un choc thermique et surtout éviter d’avoir à réchauffer ses mains. Il est plus simple d’avoir à lutter contre le refroidissement que de réchauffer ses mains. De même quand je viens de dehors avec les mains froides, j’évite de mettre le chauffage de la voiture à fond dessus ou de me précipiter sous l’eau chaude du robinet.

Les crèmes protectrices et réparatrices

Voici un sujet difficile, d’autant plus que je n’en utilise plus du tout. Concernant mon expérience, je trouve que les crèmes sont très efficaces et agréables tant que les lésions ne sont pas installées. Lorsque des lésions apparaissent, je ne trouve pas que les crèmes protègent de quoique ce soit si on n’est pas déjà dans un processus naturel de guérison.

Le facteur stress

Le stress est un pourvoyeur important de réactions cutanés en raison du caractère plus inflammatoire des réactions cellulaires. Le stress oxydatif et l’importance des anti-oxydants pourrait faire un  article intéressant pour une prochaine fois. Un peu de cohérence cardiaque pour se détendre, ça prend 5 min…

Les produits ménagers

Certaines études ont montré que les femmes étaient plus sujettes à la dermatite d’irritation et la raison évoquée serait l’utilisation de produits ménagers. Donc le but est de faire faire la vaisselles aux hommes tout simplement. Si cela est difficile, le port de gants lors de l’utilisation de produits est indispensable. Pour ma part, je ne fais jamais la vaisselle et le ménage à la maison et mes mains sont au top du coup…

Si vous êtes curieux et soucieux des problèmes concernant les perturbateurs endocriniens vous pouvez consulter cet article qui vient de paraître Perturbateurs endocriniens: des traces chez presque toutes les femmes enceintes.

 

Voici donc une liste non exhaustive de mon expérience concernant les lavages de mains pluriquotidiens, en espérant que ce soit utile pour d’autres…

 

Partagez? ça fait vivre le blog!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *