6 choses à ne pas oublier sur une entorse de cheville

Recevez les actus du blog et 3 affiches de salle d'attente gratuitement en vous inscrivant ci-dessous


L’entorse de cheville est un grand classique de la pathologie rééduquée par le kiné. Pourtant, lorsque l’on reçoit un patient pour une rééducation de cheville, il y a certains paramètres auxquels il faut penser. Voici une liste non exhaustive de 6 choses qu’il ne faut pas omettre sur une atteinte ligamentaire de la cheville.

Cheville

1. Critères d’Ottawa

Il est indispensable de bien vérifier les critères d’Ottawa.

critères d'ottawa chevillecritères d'ottawa

 

2. Douleur, œdème et rééducation

La douleur ou l’œdème ne sont pas toujours des contre indications au travail musculaire.

 

3. Tête de la fibula

Vérifier la tête de la fibula (péroné) qui peut être le siège de fracture mais également le siège de douleurs ligamentaires et/ou de tensions musculaires importantes.

 

4. Immobilisation = atrophie

Une immobilisation même relative de quelques jours démuscle rapidement les fibulaires ainsi que le triceps sural. Il convient donc d’insister sur le renforcement de ces muscles afin de permettre un retour fonctionnel satisfaisant.

 

5. Entorse simple du LLE

Une entorse simple du LLE n’est pas (voire jamais) une contre indication à un appui complet.

 

6. Œdème résiduel

Statistiquement, l’œdème résiduel peut demeurer plus de 6 mois après le traumatisme initial sans que cela ne contraigne la reprise des activités sportives…
course-a-pied

 

Partagez? ça fait vivre le blog!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *