Le marteau réflexe en kiné

Le marteau réflexe est un outil qui à mon goût est sous utilisé en kiné notamment en cabinet libéral. On connait tous bien l’utilisation du marteau réflexe lors de l’examen clinique en neurologie centrale. Il en est de même lors des atteintes franches en neurologie périphérique. Cela est une évidence lorsque le diagnostic médical est déjà posé. Dans ce cas, on ne sait plus trop pourquoi, en tant que kiné, nous devrions utiliser un marteau réflexe sauf à vouloir faire un joli bilan de MSP (mise en situation professionnelle).

Mais combien avons-nous de patients qui viennent avec des sciatalgies, cruralgies et autres névralgies cervico-brachiales sans que nous sachions exactement si le patient souffre d’une atteinte nerveuse risquant de s’aggraver ou bien si il a simplement et sincèrement très mal? Ces fameux cas où nous avons un doute sur une possible atteinte neurologique car le patient s’est aggravé et/ou qu’aucun diagnostic médical n’ait encore été posé.

Le marteau réflexe peut dans ces cas de douleurs à composantes neurologiques périphériques (mais ça marche aussi pour les suspicions d’atteinte centrale) nous être d’une grande aide en un minimum de temps.

Lorsque notre bilan musculaire est peu évident, notamment en raison de l’hyperalgie, il peut convenir de réaliser un examen des réflexes ostéo-tendineux afin d’identifier une potentielle atteinte nerveuse.

La réalisation d’un examen clinique des réflexes ostéo-tendineux à l’aide d’un marteau réflexe est d’autant plus pertinent que bien souvent dans les compression extra-durales (le cas de hernies discales par exemple) ce sont les réflexes qui sont atteints avant l’atteinte sensitive ou l’atteinte motrice. Lors de la récupération, les atteintes motrices et sensitives reviennent bien souvent avant les atteintes des réflexes ostéo-tendineux.

 

Quel marteau réflexe posséder?

Les marteaux réflexes sont nombreux et différentes formes, on pourra lister les marteaux réflexes de Babinski, Dejerine, Berliner, Trömner, Buck, Vario.

Le plus connu et le plus fréquent est le marteau réflexe de Babinski:

Un autre sympa est le marteau réflexe de Buck qui intègre un pinceau permettant de tester les territoires sensitifs et bien adapté pour la pédiatrie car l’embout est plus fin:

 

Comment réaliser l’examen?

La percussion du tendon par le marteau réflexe se fait sur un muscle relâché, elle doit être brève et franche directement sur le corps tendineux. La réponse observée doit être une contraction involontaire unique et visible.

Si le patient a du mal à se relâcher, il peut être utile de recourir à des manoeuvres pour détourner l’attention comme la célèbre manoeuvre de Jendrassik, ou simplement de demander un contraction volontaire d’un muscle à distance de préférence situé dans une chaîne musculaire antagoniste du muscle testé.

Quelles sont les réponses observables?

On observera comme réponses pathologiques des hyperréflexies ou des hyporéfléxies.

L’hyperréflexie concerne les atteintes neurologiques centrales, correspondant à des réflexes exagérés (intensité de la réponse plus importante et dans des territoires plus diffus) ou des réflexes dits pendulaires (polycinétiques).

L’hyporéflexie concerne les atteintes neurologiques périphériques, correspondant à des réflexes diminués ou abolis.

 

Quels muscles examiner?

Aux membres inférieurs, on testera principalement la possible atteinte du réflexe achilléen dans les affections de la racine S1. Pour les membres supérieurs, les atteintes des racines C5-C6-C7 et C8 pourront être recherchées notamment sur les NCB.

Principaux réflexes ostéo-tendineux
Réflexes Technique de recherche Réponse Niveau radiculaire
Bicipital Avant-bras demi-fléchi. Pouce de l’examinateur sur le tendon du biceps. Percussion du pouce Flexion par contraction du biceps. C5 (C6)
Stylo-radial Avant-bras demi-fléchi, bord radial vers le haut. Percussion de la styloïde radiale. Flexion de l’avant bras sur le bras, par contraction du long supinateur. C6
Tricipital Bras en abduction, avant-bras pendant. Percussion du tendon du triceps au dessus de l’olécrâne. Extension de l’avant-bras sur le bras par contraction du triceps. C7
Cubito-pronateur Avant-bras demi-fléchi, légère supination. Percussion de la styloïde cubitale. Pronation de la main C8
Flexion des doigts Percussion de l’index de l’examinateur posée sur l’articulation inter-phalangienne distale. Flexion distale des dernières phalanges C8
Rotulien Au lit : genou demi-fléchi. Assis : jambes pendantes ou croisées. Percussion du tendon rotulien. Extension de la jambe sur la cuisse par contraction du quadriceps. L4
Achilléen Position à genoux : percussion du tendon d’achille. Extension du pied par contraction du triceps sural. S1

 

Partagez? ça fait vivre le blog!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *